Les musées d’Oslo

Voir la galerie photos

Jour 2, sur les traces des Vikings et des explorateurs polaires

05 Juillet 2015

Les musées d'Oslo

Réveil sous un beau soleil et un ciel un peu voilé. Après cette première nuit en Norvège, le constat est que le masque de nuit est indispensable car le soleil se lève tôt (vers 4h du matin), il n’y a pas de volets et selon la chambre, les rideaux ne sont pas vraiment occultant ! Petit-déjeuner classique à notre appartement , à Bislett, avant d’attaquer la journée.

Crucifix de l'église de Borre

Direction le centre-ville pour le premier musée de la journée : le Historisk Museum , situé dans un beau bâtiment d’Art Nouveau. Le billet d’entrée coûte 80 NOK (9€) et est combiné avec le musée des Bateaux vikings , pour une validité de 48h. À 10h, il n’y a pas grand monde à l’intérieur, ce qui permet d’apprécier pleinement la visite. On y trouve différentes expositions se répartissant sur les trois étages du musée. Au rez-de-chaussé, les expositions sur les époques Viking et Moyen-âge sont particulièrement intéressantes. Des objets de la vie courante, des reconstitutions des techniques de l’artisanat, des maquettes, des armes et armures ainsi que des bijoux, exposés dans la chambre du trésor, donnent un aperçu de la vie et la mort des vikings, de leur structure sociale et de la mythologie nordique. La période médiévale se consacre à l’art religieux est présente des sculptures de saints, des portails d’église en bois debout etc. On regrette cependant le manque d’explications sur l’Histoire de la Norvège, seuls de succincts descriptifs des objets sont proposés, et on sort de là sans en savoir beaucoup plus sur les grandes étapes clés de l’histoire du pays… À creuser de son côté donc !

Bijoux Viking Peigne Viking

À l’étage, les expositions sont consacrées aux autres cultures (Egypte, Antiquité, Arctique, Asie, Amérique) et au dernier étage, on trouve des expositions temporaires. À l’exception de l’exposition Arctique, qui présente entre autre la civilisation des Sames norvégiens, la visite se poursuit rapidement dans les autres sections, n’étant pas liées à l’histoire de la Norvège.

Après cette première visite, direction la presqu’île de Bygdøy  qui comptent de nombreux musées, en passant par l’imposant et austère Hôtel de ville , avec ses deux grandes tours de briques rouges encadrant le bâtiment. C’est là que nous croiserons notre premier bus touristique asiatique, ce qui aura pour effet de considérablement réduire le temps de visite. Des panneaux sculptés en reliefs sous les arcades extérieures représentent des scènes de la mythologie scandinave. À l’intérieur, de grandes fresques colorées sur les murs de l’impressionnant grand hall abordent les thèmes du peuple, de ses travaux et ses fêtes. L’Hôtel de ville domine le port et les quais d’où partent les nombreux ferries pour les îles du fjord d’Oslo.

Hôtel de ville
PipervikaArrivée à Dronningen

La presqu’île de Bygdøy  est située à l’Ouest de la ville, de l’autre côté du fjord. Son accès se fait soit par la route en faisant le tour (le bus 30 dessert Bygdøy depuis le centre-ville), soit par la mer en prenant le ferry depuis le quai Rådhusbrygge 3 de Pipervika (le port d’Oslo). Cette liaison, appartenant à Norway Yacht Charter, ne fait toutefois pas partie de la compagnie de transport public d’Oslo, Ruter, chez qui nous avions acheté un ticket 24h. Il faut donc acheter un billet supplémentaire, l’aller-retour coûte 55 NOK (environ 6€), mais à noter qu’il est gratuit avec le l’Oslo Pass. Une fois à bord du ferry, nous prenons place à l’avant du bateau, en extérieur. Le trajet est agréable et permet d’avoir de jolies vues sur le port, Aker Brygge et sur la forteresse d’Akershus.

Le bateau marque deux arrêts sur la presqu’île de Bygdøy : Dronningen donne accès aux musées du Folklore norvégien, des Bateaux vikings et de l’Holocauste tandis que Bygdøynes dessert les musées de la Marine norvégienne, du Kon-Tiki et du Fram. Une presqu’île, 6 musées, autant dire qu’il faut du temps et de l’argent pour les visiter tous ! Nous avons choisi celui des Bateaux vikings (en tant que grande fan d’Histoire et des Vikings, il était incontournable) et celui du Fram (vous n’aviez pas remarqué que j’étais aussi fan des bateaux-musées ?!).

De Dronningen, il faut marcher environ 5 minutes à travers un quartier résidentiel très huppé pour atteindre le musée. Les villas sont toutes immenses, faites de planches de bois blanches, à l’architecture cossu et aux toits noirs brillants.

Quartier de Bygdøy

Arrivés au musée des Bateaux vikings , il y a beaucoup de monde. Compter au moins 1h30 de visite, celle-ci est libre, à l’aide de panneaux explicatifs en anglais et en norvégien ou d’un audio-guide disponible sur smartphone (avec un QR Code et du wifi gratuit), ou guidée. Le musée, construit en 1913 par Arnstein Arneberg, est conçu en forme de croix. Dans la nef et les deux ailes sont présentés les bateaux d’Oseberg, de Gokstad et de Tune tandis que dans le prolongement de la nef sont exposés les objets retrouvés sur les bateaux.

Ces bateaux vikings sont des tombeaux funéraires sur lesquels une chambre funéraire fut crée pour y déposer les défunts et y entreposer les biens utiles pour la vie dans l’au-delà : mobilier, bijoux, armes, animaux et quelque fois d’autres personnes. Construits entre l’an 820 et l’an 900, leur état de conservation est exceptionnel et est dû au fait qu’ils étaient enterrés sous terre, sous une couche composée de tuf, qui protège la dégradation des matériaux sous l’effet de l’air et de l’eau. Avant d’être utilisés comme bateaux funéraires, les recherches prouvent qu’ils naviguaient sur la mer. Le bateau d’Oseberg est magnifique et richement ornementé, il s’agissait probablement d’un navire de plaisance. Il servit en 834 de tombeau à deux femmes puissantes qui reçurent de nombreuses offrandes. Le bateau de Gokstad, plus grand et plus massif, a été conçu pour la navigation en haute mer avant de servir de tombeau à un homme puissant, apparemment mort au combat. Enfin, le bateau de Tune est le premier à avoir été découvert en 1867, mais trop abîmé, il n’a pas été restauré. Il était également conçu pour la navigation en haute mer et était un navire rapide. Un guerrier, avec ses armes et sa cotte de maille furent trouvés dans la chambre funéraire.

Bateau d’OsebergBateau de Gokstad
Bateau de Tune Tête de dragon sculptée
Bateau FramBateau Gjøa

Après la visite, on marque une petite pause pique-nique sur les tables à l’extérieur du musée, avant de prendre la direction du musée du Fram . Comptez une quinzaine de minutes de marche pour relier les deux sites, sinon il est possible de reprendre le ferry ou le bus. Arrivés au musée, il est 16h ! Le billet d’entrée coûte 100 NOK (11€). La visite peut être très longue car il y a énormément de choses à voir et à lire (panneaux en anglais), mais néanmoins passionnante pour tout aventurier dans l’âme !

Le musée traite des grands explorateurs polaires et notamment des expéditions réalisées sur les navires Fram et Gjøa entre la fin du 19e siècle et le 20e siècle. Ne manquez pas le film de présentation, qui a le mérite d’être court (10 min), qui donne un bon aperçu des sujets traités dans le musée. Le navire polaire Fram fut construit en 1892 pour l’expédition du norvégien Fridtjof Nansen (1893-1896) qui souhaitait prouver la dérive de la banquise d’Est en Ouest en faisant prendre le navire dans les glaces durant l’hiver. Le Fram fut par la suite réutilisé pour deux autres expéditions polaires. Il est aujourd’hui exposé dans le musée, on peut le visiter, y découvrir les cabines de l’équipage et les pièces communes etc. Le Gjøa quant à lui est beaucoup plus petit et est le premier navire à avoir ouvert le passage du Nord-Ouest entre 1903 et 1906 lors de l’expédition du norvégien Roald Amundsen. En 1911, celui-ci fut le premier explorateur a atteindre le pôle Sud. Le Gjøa est également exposé mais il n’est pas possible de le visiter. Si un sujet en particulier vous intéresse, vous trouverez toutes les informations sur les panneaux explicatifs agrémentés de nombreuses photos, vidéos et objets de collection. Pour les enfants, de nombreuses activités ludiques et des jeux permettent de découvrir le quotidien de ces explorateurs.

La visite se poursuit jusqu’à la fermeture. Après cette longue journée à piétiner dans les musées, c’est fatigués que nous attendons le ferry pour le retour à Pipervika . Mais la journée n’est pas encore finie ! Un beau soleil réchauffe encore la ville et il fait limite chaud. Comme les attractions et les musées sont fermés à cette heure, c’est la période idéale pour profiter des derniers rayons du soleil sur l’une des nombreuses îles du fjord d’Oslo, où l’on trouve de belles plages !

Bygdøynes

A propos de AuBoutDeLaRoute

Sophie, blogueuse voyage depuis 2013. Aime écrire et partager ses expériences, ses rencontres et ses coups de cœur. Privilégie les voyages nature et découverte, mêlant randonnée et autres sports outdoor, patrimoine et visite culturelle. Passionnée d'histoire et d'archéologie et accro aux pays nordiques et celtiques.
Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Donnez nous votre avis :

  • WordPress
  • Facebook
  • Google Plus

Laissez-nous un commentaire