Bath, la romaine

Voir la galerie photos

Jour 3, Aquae Sulis, cité romaine

10 Mai 2013

Bath n’est située qu’à 30 minutes de Bristol et facilement accessible en bus ou en train. Cette ville à la mode au 18e siècle attirait les visiteurs qui venaient se soigner dans cette station thermale et profiter de la vie mondaine. Aujourd’hui, on s’y rend pour découvrir une des plus belles villes d’Angleterre, avec son architecture georgienne largement inspirée du passé romain de la cité. Plusieurs lignes de bus relient Bristol à Bath. Celles passant par l’A4 sont plus directes mais moins jolies car elles traversent une grande zone d’activité commerciale sans grand intérêt. En revanche, les lignes passant par Bitton sont plus longues mais beaucoup plus sympa, traversant la campagne.

À l’arrivée à la  gare routière de Bath, on se rend compte tout de suite que l’architecture tranche complètement avec celle de Bristol. Une harmonie et une unité architecturale se dégagent du centre-ville de Bath et lui donnent un certain cachet. Les rénovations récentes des façades mettent en valeur la pierre couleur miel des carrières de Claverton et Combe Down ayant servi à la construction de la ville nouvelle du 18e siècle… La priorité de cette matinée est d’abord de trouver un endroit où prendre le petit-déjeuner afin de bien attaquer la journée. Notre choix se portera sur le pub Lamb & Lion  qui propose un All-Day Breakfast bon marché ainsi que d’autres menus de petits déjeuners.

Roman Baths Le Grand Bain depuis la terrasse

Puis, la première et plus longue visite de la journée est consacrée aux thermes romains  , l’attraction touristique la plus visitée de Bath. On y découvre quelques-uns des bains qui constituaient l’imposant complexe des thermes romains de Bath et leur fonction ainsi qu’un musée retraçant l’histoire d’Aquae Sulis, l’ancienne cité thermale romaine. L’entrée au site se fait par le magnifique hall de réception Victorien, situé à côté de l’abbaye de Bath . Le billet d’entrée est plutôt cher (entre 15€ et 20€ selon le type de billet et la période) mais l’audio guide est gratuit et le billet peut être combiné avec le Fashion Museum.

La visite quant à elle est longue et prend bien une demi-journée pour les plus curieux. Elle commence par la terrasse, surplombant le Grand Bain, un bassin d’eau chaude aujourd’hui à ciel ouvert. Elle est bordée de statues datant de 1894 et représentant des gouverneurs, des empereurs et des chefs-militaires romains. Les thermes romains n’ont été découvert et exploré qu’à la fin du 18e siècle et ouvert au public en 1897. Ils s’étendent en dessous du niveau des rues actuelles de Bath, comme c’est le cas des restes archéologiques de l’ancienne cité thermale d’Aquae Sulis.

Maquette d'Aquae Sulis

Fronton du temple

Le musée, installé au 1e étage du bâtiment victorien, au-dessus du hall d’entrée, expose les pièces archéologiques retrouvées et retrace la longue histoire de ce site. Bath est connue pour ses sources chaudes bien avant l’arrivée des Romains. C’est alors tout naturellement que les Romains fondent Aquae Sulis, la première station thermale d’Angleterre. Un temple, des thermes, qui était d’ailleurs complètement disproportionnés par rapport à la taille de la ville, un gymnase et un théâtre furent construits.

C’est la découverte d’une tête de bronze doré de la déesse Sulis Minerva en 1727 qui conduisit à des fouilles archéologiques permettant d’en connaitre plus sur cette ancienne cité. Le grand fronton ornemental du temple a survécu au temps et est exposé dans le musée : une tête de la Gorgone, symbole de la déesse Sulis Minerva, est sculptée en son centre. Datant du 1e siècle après J.C., il s’agirait d’un des rares temples romains de style classique d’Angleterre. Le musée présente ensuite une impressionnante collection archéologique romaine permettant de retracer la vie quotidienne des habitants de l’époque (loisirs, travail, religion, écritures, vie militaire, transport et voyages, vie après la mort, médecine etc.).

Collection de bijoux romains Résurgence de la source

Naturellement alimentés par la source d’eau chaude sacrée, les thermes ont été conçu pour répondre aux besoins des habitants mais aussi des nombreux voyageurs envoyé en pèlerinage dans l’Empire. De plus, les romains n’avaient pas l’habitude d’utiliser beaucoup d’eau chaude, car cela coûtait cher à produire. La source sacrée, The Sacred Spring, jaillit au cœur du site à une température de 46°C et déverse 1.17 millions de litres d’eau par jour. Les ingénieurs romains ont conduit l’eau de la source à travers de grands tuyaux en plomb jusqu’à un réservoir bordé de plomb qui constitue The Sacred Spring. Ce réservoir, qui n’est pas visible par le visiteur, fut au 2e siècle enfermé sous un toit voûté puis partiellement enseveli un peu plus tard. Au 12siècle, le King’s Bath fut construit en utilisant le mur inférieur des Sources Sacrées comme fondation.

La résurgence de la source qu’on observe en sortie du musée n’est pas utilisée pour l’alimentation des thermes. De grandes canalisations transportent, grâce à la pesanteur, le surplus d’eau de la source jusqu’à la rivière Avon située à environ 400 mètres.

King's Bath
Le Grand Bain Le Grand Bain

Bain froidPilae

L’utilisation des thermes chez les romains était basée sur un cheminement conduisant à une succession de pièces, alternant chambres chauffées, bains chauds jusqu’à aboutir à un bain froid. Le Grand Bain constitue la pièce maîtresse des thermes romains de Bath. Avec ces 1,6 mètres de profondeur et rempli d’eau chaude, ce bain était idéal pour les baigneurs. Des fontaines et des bancs permettaient aux gens de se rafraîchir et se reposer.

Par les portes situées à l’Est du Grand Bain, on accède à une série de pièces chauffées : sauna, piscine d’eau tiède et vestiaires. Côté Ouest se trouve un grand bain circulaire d’eau froide ainsi qu’une chambre chauffée où est exposé un ensemble bien préservé de pilae, le système de chauffage de l’époque : sous le sol étaient disposées des piles de tuiles à travers lesquelles l’air chaud chauffé par la source circulait. À l’époque romaine, ces deux ensembles Est et Ouest disposaient de salles similaires, ce qui laisse supposer qu’il existait probablement deux espaces réservés, un pour les hommes et un pour les femmes. La visite des thermes romains se termine par une fontaine de la source où il est possible d’en déguster l’eau ferrugineuse…

Après cette première visite bien remplie, la journée se poursuit par la découverte de Bath et de sa transformation en ville nouvelle du 18e  siècle attirant la noblesse et la classe moyenne.

A propos de AuBoutDeLaRoute

Sophie, blogueuse voyage depuis 2013. Aime écrire et partager ses expériences, ses rencontres et ses coups de cœur. Privilégie les voyages nature et découverte, mêlant randonnée et autres sports outdoor, patrimoine et visite culturelle. Passionnée d'histoire et d'archéologie et accro aux pays nordiques et celtiques.
Avec mots-clefs , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Donnez nous votre avis :

  • WordPress
  • Facebook
  • Google Plus

3 réactions à Bath, la romaine

  1. Commandoux Noémie a écrit:

    ce site est bien car il y a beaucoup de photos et plutôt bien expliqué !
    merci pour ce « commentaire » ! A bientôt et envoyer moi des nouvelles !

    • AuBoutDeLaRoute a écrit:

      Ravie que ça vous plaise ! Pour suivre les nouvelles, vous avez le choix, par les réseaux sociaux ou par mail.

  2. Pingback:Trip to the UK – May 2016 – Our English blog

Laissez-nous un commentaire