Édimbourg, Jour 2

Voir la galerie photos

Quartier Ouest de Old Town

15 Septembre 2012

Hight Street Royal Mile

Petite grasse matinée ce jour-là puisque le guesthouse Elder York  sert le petit déjeuner jusqu’à 10h le week-end. Celui-ci change peu de l’Irish Breakfast : œufs, bacon, saucisse, potato scone, toasts beurrés, tomates et champignons auxquels vient s’ajouter le black pudding.

Après ce copieux petit déjeuner, direction la Royal Mile avec, pour la première visite de la journée, le château d’Édimbourg , en passant par North Bridge qui offre une jolie vue sur la vieille ville. Celle-ci s’étend le long d’une crête allant du château au palais de Holyroodhouse , visité la veille. L’architecture typiquement médiévale met en avant les bâtiments construits en hauteur sur des parcelles étroites, séparés par des ruelles ou « closes« . La montée de la Royal Mile, artère principale de la vieille ville longue d’un mile écossais, est magique. Elle se compose d’une succession de plusieurs rues, dont High Street, Lawnmarket et Castle Hill, qui font remonter dans le temps les passants déambulants le long de cette rue pavée, bordée de bâtiments médiévaux ou même datant de la renaissance, mais s’intégrant parfaitement à l’architecture.

En revanche, c’est un samedi et il vaut mieux éviter les capitales les week-ends. L’entrée du château est noire de monde et il ne faudra pas moins d’une heure de queue pour obtenir les billets d’entrée (23€)… Pensez à les acheter sur internet, cela permet de couper la file d’attente.

Sur l’esplanade, devant l’entrée du château, les gradins du Military Tattoo, le festival international de fanfare militaire, sont en train d’être démontés. Le  chateau d’Edimbourg  est impressionnant quel que soit l’angle de vue sous lequel on l’observe. Perché sur le point culminant de la colline Castle Rock, il domine la ville. Il est souvent utilisé comme décor aux tournages de films et de séries médiévales. À la fois forteresse, résidence royale et garnison, la citadelle rassemble divers bâtiments, civils, royaux ou militaires, reliés par des petites rues pavées, ce qui la fait ressembler à un village médiéval. Du haut des remparts, la vue sur la ville est magnifique. Les musées du château d’Édimbourg son essentiellement axés sur la guerre, l’armée et les régiments écossais mais il est également possible de visiter le palais royal où se trouvent les joyaux de la couronne écossaise…

Installé en face de l’ancien hôpital, le National War Museum Of Scotland présente une importante collection d’objets utilisés par les forces militaires écossaises tout au long des siècles.

Ne manquez pas l’exposition sur les prisonniers de guerre, Prisons of War Exhibition. Une reconstitution des conditions de vie de l’époque a été reproduite dans les salles voûtées, où étaient emprisonnés des français et des américains, et une exposition présente des objets confectionnés par les prisonniers en cellule.

Chateau d Edimbourg

Bateau confectionne par un prisonnier de guerre

One o clock GunPalais royal chateau d Edimbourg

La visite se poursuit par le Royal Scots Regimental Museum et The Royal Scots Dragoon Guards Museum, consacrés au régiment le plus ancien de l’armée britannique et au régiment de cavalerie écossaise. Il y a énormément de choses à voir mais la thématique militaire omniprésente peut ne pas plaire à tout le monde…

À 13h, une salve du canon One o’clock Gun est tirée de la plateforme d’Argyle Battery. Cette tradition, qui a lieu tous les jours sauf le dimanche, rassemble une foule de monde sur le parvis du château. Ce signal sonore servait auparavant à avertir les marins du port de Leith afin qu’ils règlent leurs montres.

La visite du palais royal est assez décevante car il n’est pas meublé et il y a peu d’informations sur place pour comprendre son histoire et son évolution, si vous n’avez pas opté pour le guide payant à l’entrée, mais vous pourrez admirer les joyaux de la couronne écossaise !!

L’après-midi, un mariage est même célébré au château d’Édimbourg. Après une cérémonie dans St Margaret’s Chapel, le plus ancien vestige d’Édimbourg, la mariée, en robe blanche, et le marié, en kilt, font une séance photo autour d’un gros canon vieux de 500 ans, pendant que des joueurs de cornemuse occupent les invités…

Vue sur le Chateau d Edimbourg
Victoria s StreetCroisement Royal Mile - St Mary s street

L’après-midi est déjà bien entamée et il est temps d’aller se dégourdir les jambes dans le sud de la vieille ville. Cette balade à travers les rues les plus anciennes d’Édimbourg plonge les visiteurs dans des décors typiques des films d’Harry Potter. Elles serpentent au pied du château et offrent, au détour d’un coin de rue, de magnifiques points de vue sur celui-ci. La rue Victoria’s Street et la place Grass Market, où se déroulait le marché aux bovins du 15au 20siècles sont les coins les plus jolis. Les façades des commerces, installés en rez-de-chaussée, sont repeintes de couleurs vives alors que les étages supérieurs en pierres grises, s’étendent sur 4, 5 voire 8 étages.

Après un tour dans le quartier, il est temps de remonter sur la Royal Mile pour la visite guidée de The Real Mary King’s Close . Il s’agit d’une visite peu commune de la ville du 16et 17e siècles, une ville souterraine depuis la construction de la Nouvelle Ville. Une guide, déguisée et se faisant passer pour une habitante de l’époque, conduit le groupe dans ces maisons souterraines pour y conter les conditions de vie de l’époque, les épidémies, les fantômes hantant les lieux et les crimes ayant été commis à travers des exemples précis de gens ayant vraiment vécus ces événements.

On y apprend également l’histoire de cette ville souterraine. Au Moyen-âge, la population vivant intra-muros se répartissait le long de la Royal Mile, courant du chateau d’Edimbourg  à l’abbaye de Holyrood . L’extension urbaine était limitée par les deux ravins encadrant la ville, au Nord par le lac North Loch et au Sud par le ravin dans lequel le quartier de Grassmarket s’est développé, les habitants durent construire des bâtiments toujours plus haut pour faire face à la surpopulation. Ces immeubles pouvaient atteindre 8 à 9 étages alors que les rues étaient extrêmement étroites… Ces ruelles, appelées « Closes » dévalent les pentes de la colline, perpendiculairement à la Royal Mile.

La visite de  The Real Mary King’s Close  traverse différentes pièces de ces maisons, mises en scène grâce à du mobilier, des statues de cire et des jeux de lumière, où la guide raconte les événements qui s’y déroulèrent, l’insalubrité et l’absence de luminosité qui régnaient dans les « Closes » trop étroites pour recevoir la moindre lumière, l’épidémie de peste de 1645 qui toucha la population la plus pauvre vivant dans les étages inférieurs etc.

Au 17siècle, des projets d’urbanisme pour l’extension de la ville virent le jour et donnèrent naissance à New Town tandis que dans Old Town, les immeubles médiévaux insalubres étaient rasés et certaines rues élargies. Ainsi, au lieu de détruire la vieille ville et de la reconstruire, les autorités l’abandonnèrent, condamnèrent certaines rues, les rendant ainsi souterraines, pour se servir des étages les plus bas comme fondation afin de construire de nouveaux bâtiments néoclassiques. C’est pourquoi aujourd’hui, peu d’immeubles de Old Town possèdent encore l’ensemble de leurs étages d’origine.

Grass Market

Grass Market 2

Si vous êtes du genre à éviter les visites guidées, ne manquez pour rien au monde celle-ci car elle vous plonge dans un univers insoupçonnable, une ville sous la ville, où l’ambiance est lugubre et pesante. C’est impressionnant de se dire que seulement une infime partie des maisons souterraines ont été fouillé ! Tout reste encore à être découvert…

Il est tard lorsque la visite se termine et la  cathédrale St Gilles est fermée, mais les rues sont animées ce soir-là. D’un côté se trouve une punk dotée d’une énorme crête rouge, en habit écossais, filant la laine sur un fil-laine et chantant à tue-tête, puis, au milieu de la rue, un américain, fait son show en jonglant avec une tronçonneuse devant une foule de gens qui l’encercle.

St Gilles Cathedral

La soirée débutera au World’s End  , un pub-restaurant sur la Royal Mile bien sympa avec de la bonne musique rock et des plats savoureux. Comme digestif, une publicité pour le whisky The Singleton orientera fortement notre choix quand il s’agira de goûter aux whiskys écossais. Puis, une petite nostalgie de l’Irlande et de la Guinness fera terminer la soirée au pub Biddy Mulligans  sur Grass Market, où l’ambiance règne ce samedi soir. En termes de bars, de pubs et de restaurations, l’Écosse n’a pas vraiment d’identité propre. Ville multiculturel, on trouve n’importe quel type de bar à Édimbourg : le pub, le bar à vin, le bar dansant …

A propos de AuBoutDeLaRoute

Sophie, blogueuse voyage depuis 2013. Aime écrire et partager ses expériences, ses rencontres et ses coups de cœur. Privilégie les voyages nature et découverte, mêlant randonnée et autres sports outdoor, patrimoine et visite culturelle. Passionnée d'histoire et d'archéologie et accro aux pays nordiques et celtiques.
Avec mots-clefs , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Donnez nous votre avis :

  • WordPress
  • Facebook
  • Google Plus

Laissez-nous un commentaire