Budget Islande

Quel budget pour deux semaines en Islande ?

du 01 au 15 Septembre 2013

Petit retour sur les dépenses engendrées lors de notre voyage en Islande en 2013. Ce road trip de 15 jours nous a conduit à la découverte des merveilles de l’île, du Sud au Nord en passant par les Hautes Terres et les Fjords de l’Est, avec un total de 2750 km parcourus. Partis à 4, entre amis, nous avons pu réaliser certaines économies sur l’hébergement (la facture divisée par quatre est toujours moins salée) mais au détriment d’autres dépenses, notamment la location de la voiture (4 adultes avec 4 valises nécessite une grosse voiture !).

Budget global

Au final, ces 15 jours en Islande en 2013 auront coûté environ 2467€ par personne, en prenant en compte les transports, l’hébergement, les repas et les activités, en France et en Islande.

Dépenses Islande

Les transports prennent la moitié du budget total (53 %) ! Ils comprennent à la fois les transports en France, les billets d’avion et les transports en Islande. S’agissant d’un road trip, les dépenses liées au transport en Islande ne sont pas négligeables, d’autant plus que nous avons fait le choix de louer un très bon 4×4 (solution la plus chère). De ce fait, 60% du budget transport est alloué au transport sur place, 30% revient au billet d’avion (390€ l’aller-retour depuis Paris-Charles-de-Gaulle avec Icelandair) et 10% au billet de train en France.

En effet, le choix de l’aéroport en France (pour les voyages en Europe) influe également sur le budget, surtout pour les provinciaux, car même si le choix est plus large dans un aéroport international, il faut ajouter au prix du billet d’avion les autres titres de transports (TGV, TER,

voiture + parking) et même quelque fois le coût d’une nuit d’hôtel prés de l’aéroport (les horaires de vol ne correspondant pas toujours avec les horaires de train). Ainsi, en choisissant la compagnie Icelandair au départ de Paris-Charles-de-Gaulle, nous n’avions d’autre choix que de prendre en plus un aller-retour en TGV et une nuit à l’hôtel la veille du départ, ce qui multiplie par trois les dépenses engendrées « en France » par rapport au voyage en Irlande-Écosse que nous avions réalisé en 2012.

L’hébergement est quant à lui moins important dans le budget par rapport au voyage précédent (22% du budget global alors qu’il est autour de 30% pour l’Irlande-Écosse). Nous avons privilégié, lorsque c’était possible, la location de chalet car à 4 cela devient beaucoup plus rentable qu’un hôtel.

Avion Icelandair à Paris CDG Land Cruiser sur la piste du Landmannalaugar

Budget au quotidien en Islande

Le coût de la vie en Islande est élevé et supérieur à celui de la France. Une bonne préparation est nécesaire pour éviter tout débordement. Comme pour la majorité des pays européens, les petits budgets préféreront le camping ou les auberges de jeunesse, les casse-croûtes préparés avec des produits locaux achetés en supermarché et les transports en communs.

Selon les guides, le budget quotidien en Islande varie de 70€ à 200€, tout dépend de la façon dont vous voyagez et des régions que vous visitez. Mais, le taux de change et la situation économique et financière du pays variant énormément d’une année sur l’autre, il est difficile d’établir un aperçu fidèle d’un budget classique. Un conseil : vérifiez les dates de vos sources, multipliez les et n’hésitez pas à regarder les sites internet des lieux dans lesquels vous voulez vous rendre. Vous serez surpris des différences de tarifs entre ceux affichés sur les sites internet et ceux de votre guide.

Pour notre part, le budget quotidien du séjour en Islande était de 126€ par jour et par personne, pour un total de 7548€ à quatre pour 15 jours, sans compter les billets d’avion et les dépenses engendrées en France. Les dépenses étaient réparties comme suit :

Dépenses moyennes par jour en Islande

Hébergement :

Les hébergements en Islande sont plutôt chers (hormis le camping) et limités, surtout dans les régions peu habitées. Il est donc vivement conseillé de réserver à l’avance en pleine saison. Une petite astuce qui peut faire économiser toutes les bourses : opter pour la solution sleeping-bag. Emportez votre sac de couchage car de nombreuses auberges de jeunesse, chalets et guesthouses font payer les draps. Quelque soit le type d’hébergement choisi, nombreux sont ceux qui proposent un hot-tub en plein air, à partager ou privé, de qualité variable. Cela n’en est pas moins plaisant de pouvoir se prélasser dans l’eau chaude en regardant les étoiles et espérant une potentielle aurore boréale !

Plusieurs types d’hébergement s’offrent à vous : du camping (10€ par personne), à l’auberge de jeunesse en dortoir (25€) ou en chambre individuelle (60€), en passant par la pension, une sorte de B&B sans l’appellation, le guesthouse ou la ferme (70 à 120€), par la location d’un appartement ou chalet (100€ pour deux chambres), jusqu’à

Hébergement :

l’hôtel Edda, un hôtel bon marché ouvert uniquement l’été (100€) et l’hôtel classique (130 à 200€). Le refuge (dortoir, cuisine et sanitaires communs) est bien souvent le seul mode d’hébergement dans les régions centrales et sur les sites de randonnées. Ils ne sont pas si bon marché que ça, comptez en moyenne 30€ la nuit par personne.

À titre de comparaison, notre budget hébergement était de 35€ la nuit par personne. Nous avons choisis essentiellement des locations : des chalets et un appartement à Reykjavík. C’est en effet la solution la plus avantageuse à plusieurs, les autres hébergements de type pension, guesthouse et hôtel varient de 40€ à 55€ la nuit pour une personne. L’hébergement en pension est toutefois très agréable, à tester au moins une ou deux nuits, car cela permet de vivre une expérience authentique auprès d’une famille islandaise et de pouvoir partager avec ces habitants qui sont, au demeurant, très discrets. Nous avons passé d’agréables moments à Grímsstaðir, un bed & breakfast dans le Nord de l’Islande.

Einishus Cottages Refuge de Þjófadalur

Transport :

La majorité des voyageurs en Islande ont recourt à la location de voiture. Or, le choix du véhicule de location joue un rôle important dans l’élaboration d’un itinéraire sur l’île et sur le budget. Les F-roads, c’est à dire les pistes de montagne situées à l’intérieur du pays, ne sont praticables qu’en 4×4. Les véhicules légers devront donc se contenter de la route circulaire n°1 et de quelques autres routes asphaltées, tandis que les 4×4 auront accès à toute l’île. Bien sur, la location d’un 4×4 est deux fois plus cher que celle d’un véhicule léger.

Transport :

De notre côté, nous n’avons pas fait le choix le plus économique : location d’un 4×4 (on souhaitait quand même être libre et emprunter les pistes intérieures) LandCruiser (le plus cher, il est vrai mais surtout le plus grand et convenant parfaitement à 4 adultes avec 4 grands bagages et sacs à dos + les courses alimentaires), auprès de la compagnie Blue Car Rental, située à côté de l’aéroport. Pour un circuit de 2750 km, la location du 4×4 avec assurances et carburant, le budget transport s’élevait à environ 53€ par jour.

Il est toutefois tout à fait possible de réduire le budget transport et/ou de voyager autrement, plusieurs solutions sont possibles :

  • Petit budget, voyagez en forfaits bus : les différentes compagnies de bus, regroupées au BSI desservent les principaux lieux touristiques autour de la route circulaire, surtout le Sud, l’Ouest et l’axe Vatnajökull-Akureyri. En été, toutes les liaisons sont ouvertes, en revanche, le reste de l’année les services sont réduits voir nuls. Certaines liaisons empruntent même les F-roads pour vous faire découvrir à moindre coût les coins les plus sauvages.
  • Budget moyen, combinez les modes de transport : louer un véhicule léger pour les routes asphaltées puis emprunter les impressionnants bus 4×4 pour des excursions à la journée dans les Hautes Terres (ou pour un budget moyen+, louer un 4×4 pour un ou deux jours).
  • Pour ceux qui ont du temps, il y a toujours la solution de s’y rendre avec son propre véhicule en empruntant le ferry entre le Danemark et l’Islande, avec une escale sur les îles Féroé. Mais, au niveau budget, ce n’est pas donné.
  • Pour les sportifs qui ne craignent pas les conditions météorologiques rudes : circuler à vélo permet d’apprécier pleinement les paysages de l’île, comme le raconte Madame Oreille sur son blog.
Land Cruiser sur la Piste d'Askja

Restauration :

On ne fait généralement pas un voyage en Islande pour sa gastronomie. Bien que les produits locaux comme l’agneau et le poisson soient de bonne qualité, encore faut-il pouvoir débourser la modique somme d’une vingtaine d’euros pour pouvoir déguster un tel plat dans un restaurant. Alors disons-le, il est difficile de manger équilibré et varié en Islande ! Si on veut éviter les tarifs prohibitifs des restaurants, il faut alors se rabattre sur les cafés, les cafétérias des stations-service et les boulangeries qui servent à des tarifs beaucoup plus avantageux (entre 8€ et 15€) des plats rapides et simples (hot-dogs, burgers, pizzas, soupes in bread, poisson/viande et pomme de terre). La solution la plus économique reste de se préparer ses propres repas. Vous trouverez tout le nécessaire dans les supermarchés, les boulangeries et les stations-service. Si les fruits et légumes restent chers, les produits secs, la charcuterie et les laitages sont très abordables mais il arrive qu’on ne sache pas vraiment se qu’on achète ni comment les préparer… Privilégiez les piques-nique le midi et des repas chaud le soir, dans les cuisines communes des auberges de jeunesse, des refuges et de certains guesthouses.

Restauration :

Pour notre part, nous avons vraiment varié les plaisirs. La moitié de nos repas était concocté par nos soins grâce aux diverses courses que nous avions réalisé en ville et cela revient à 4€ le repas ! Pour le reste, nous avons profité des copieux petits déjeuners servis dans les hébergements, fait quelques extra au restaurant (environ 39€ par personne), testé la restauration rapide (14€ le repas) et goûté à la succulente cuisine islandaise maison dans les pensions (17€ le repas).

Soup in bread

Activité :

L’attrait principal de l’Islande réside dans ses merveilles naturelles. Il ne faut donc pas grand chose pour les découvrir si ce n’est de bonnes chaussures de marche, des vêtements adéquates et une carte. Le pays compte trois parcs nationaux, dont le plus grand, le parc de Vatnajökull, qui s’étend du Sud au Nord de l’île. Mais, la randonnée se pratique partout tant les paysages sont variés. Du randonneur du dimanche au sportif expérimenté, il y en a pour tous les goûts. La plupart des randonnées sont balisées, les centres d’informations ne manquent pas et la plupart des sites internet présentent les parcours avec les niveaux de difficultés.

Aucun voyage en Islande n’est complet tant que l’on n’a pas testé ses sources d’eau chaude. Des bassins naturels en plein désert (et gratuits) comme au Landmannalaugar ou dans la cratère Víti aux sites thermales alimentés par des sources, le choix est varié. Attention, les entrées au Blue Lagoon (35€)  et au Mývatn Nature Bath (25€) augmentent chaque année. Côté culture, l’Islande n’est pas en reste et compte de nombreux musées variés aux tarifs abordables (entre 3€ et 10€).

Activité :

Une autre façon de visiter l’Islande réside dans les excursions, en mer, sur glacier, sous-terre, à cheval, il y en a une quantité phénoménale. Mais, ces excursions, très onéreuses, ne sont pas nécessaires du tout pour rendre votre voyage inoubliable. En effet, un tour en scooter des neiges sur le glacier du Vatnajökull coûte environ 130€ et une excursion en bateau pour observer des baleines s’élève à 60€ (celle-ci est toutefois très populaire). C’est l’un des avantages de l’île, les paysages époustouflants se suffisent à eux mêmes. Mais, cela va peut-être changer : le gouvernement Islandais a un projet de loi qui devrait être voté en 2015. Il s’agit de la mise en place d’un « Pass Nature » que les visiteurs devront acheter pour pouvoir accéder à certains sites naturels. Le Cercle d’Or est le site majeur visé par cette mesure. Les fonds récoltés serviront à la préservation des lieux…

Notre budget activité quotidien s’élève à 8€ par personne et comprend trois bains publics et quatre musées. Ainsi, même si les activités payantes en Islande ne sont pas très abordables, il est toujours possible de se faire plaisir avec au moins une payante, au gré de vos envies.

Blue Lagoon Bateaux d'observation des baleines

A propos de AuBoutDeLaRoute

Sophie, blogueuse voyage depuis 2013. Aime écrire et partager ses expériences, ses rencontres et ses coups de cœur. Privilégie les voyages nature et découverte, mêlant randonnée et autres sports outdoor, patrimoine et visite culturelle. Passionnée d'histoire et d'archéologie et accro aux pays nordiques et celtiques.
Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Donnez nous votre avis :

  • WordPress
  • Facebook
  • Google Plus

2 réactions à Budget Islande

  1. GOUDIN a écrit:

    Super, votre site ! Vous répondez à beaucoup de nos questions.
    Nous voudrions visiter l’Islande 15 jours fin juin-juillet, avec un échange de maison (que nous pratiquons depuis plusieurs années). Mais si nous devons rentrer au même endroit tous les soirs, nous allons louper beaucoup de choses ? Où vaut-il mieux résider pour rayonner en journée ? Nous pouvons aussi envisager des “échappées” de quelques jours.
    Nous sommes des seniors encore actifs, même si je crains les pistes en 4 x 4 pour mon vieux dos… Les lits islandais sont-ils généralement confortables ?
    Merci encore, je vais continuer ma lecture !

    Annick (Montpellier)

    • AuBoutDeLaRoute a écrit:

      Merci Annick ! C’est aussi une bonne chose de rester au même endroit et de rayonner, mais il ne faut pas avoir peur de rouler quelques heures par jour pour découvrir l’Islande :) ! Il faudrait faire un choix entre le Sud et le Nord. Pour moi, les deux endroits qui regroupent le plus de sites intéressants à voir sont au Nord autour de Mývatn ou dans le Sud-Est vers Vík í Mýrdal.
      Pour les lits islandais je ne saurais trop dire, cela dépend énormément de l’hébergement choisi mais je n’ai pas le souvenir d’avoir eu le dos cassé…

Laissez-nous un commentaire