Jour 7, Trafalgar Falls et l’Express des îles

29 Janvier 2017

Trafalgar Falls

Jour du départ. Il ne nous reste qu’une grosse demi-journée sur l’île de La Dominique. Pour cette dernière matinée de libre, nous nous rendons aux chutes de Trafalgar Falls, située à quelques kilomètres au-dessus dans le Parc National Morne Trois Pitons. Puis, nous rejoindrons, dans l’après-midi, Fort-de-France en Martinique en bateau, avec l’express des îles, pour prendre un vol de nuit direction Paris.


Les chutes de Trafalgar Falls

Le Petit Paradis , le guest-house où nous logeons depuis maintenant trois nuits, est situé dans la vallée de Wotten Waven, la vallée de Roseau, également porte d’entrée du cœur de l’île et du Parc National Morne Trois Pitons, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les chutes de Trafalgar Falls étant située à environ 4 km à pieds, nous décidons de nous dégourdir une dernière fois les jambes. Cela nous permet également de visiter un peu plus Wotten Waven, avec ses maisons typiques, ses bâtiments colorées et ses pancartes décorées…

Ecole de Wotten Waven

On arrive sur un grand parking où stationnent déjà plusieurs voitures et bus (cela change des autres sites visités dans le séjour où nous pensions être seuls au monde). Il faut s’acquitter d’un droit d’entrée pour accéder au site. Facilement accessible, en à peine 10 minutes de marche depuis le Visitor Center sur un chemin aménagé, les chutes de Trafalgar Falls sont sans doute les plus connues et populaires de l’île.

Le lieu est toutefois magnifique. On arrive sur une plateforme en hauteur qui permet d’avoir un joli panorama sur les deux cascades. Il s’agit en effet de deux cascades adjacentes : la plus haute est nommée “le Père” et la plus petite “la Mère”. Hautes de 60 mètres, ce sont les plus hautes cascades de La Dominique. Les deux chutes dévalent la falaise et tombent avec fracas dans une cuvette verdoyante où reposent un lit de gros rochers. Il est possible d’aller plus loin et de descendre prés de la rivière, en escaladant les nombreux rochers (et en prenant garde de ne pas glisser). De petits bassins naturels, chauds ou froids, permettent de se baigner et ils sont vite pris d’assaut. Ayant pris mon maillot de bain mais ne voulant pas me mêler à la foule, je m’écarte en descendant la rivière afin d’avoir la vue sur les deux cascades et avoir assez de recul pour les photographier.


L’Express des îles, depuis Roseau

Puis, nous profitons d’un dernier repas au Petit Paradis avant de boucler les bagages, dire au revoir à nos hôtes et monter dans le mini-bus qui nous raccompagne à Roseau pour prendre le bateau. La fin d’un voyage est toujours synonyme de déprime et d’attente. Et ce retour en France ne dérogera pas à la règle…

Port de Roseau

Comme pour l’avion, il faut se présenter deux heures à l’avance à l’embarquement de l’Express des îles, situé au port de Roseau, afin de faire enregistrer nos bagages et passer la douane. Ce bateau fait des rotations quotidiennes entre la Martinique, la Dominique et la Guadeloupe, à raison de 2h de trajet et 3 à 7 traversées par semaine selon les périodes. Je me cale sur le pont à l’extérieur, étant un peu sujette au mal de mer, et tant pis si je suis salée jusqu’à mon retour en France. Je profite des derniers paysages sur l’île de La Dominique, dont je garderai de merveilleux souvenirs. Ce voyage était surprenant, exaltant et dépaysant…

Bye-bye-Dominique

Vous devriez aussi aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *