Jour 4, Sur la route du Loch Ness

17 Septembre 2012

Après cette matinée dans le parc national des Cairngorms, il est temps de prendre la direction d’Inverness pour y passer la nuit. La route vers l’incontournable loch Ness nous conduit à la distillerie Tomatin, dans les MonadhLiath Mountains, avant de longer le loch par les rives Est et Ouest.


La distillerie de whisky Tomatin

Non loin de la route A9 reliant Aviemore à Inverness se trouve la distillerie de whisky Tomatin, située sur les MonadhLiath Mountains, les montagnes “grises”, au Nord-Ouest du parc national des Cairngorms. Même si celle-ci est ouverte au public et propose des visites guidées, cet arrêt aura pour seul but d’acheter une bouteille, un single malt 12 ans d’âge… À l’approche de la distillerie, l’odeur caractéristique des distilleries de whisky se fait sentir, une odeur de pop-corn bien prononcée, si particulière et reconnaissable, découverte avec surprise à Édimbourg. Fondée en 1897, en plein boom du whisky, l’activité de la distillerie fut mouvementée, pour finalement être rachetée en 1985 par une société japonaise Takara, Shuzo & Okura.


Les montagnes de MonadhLiat et la rive Est du loch Ness

Les grandes forêts de conifères couvrant la chaîne de montagne de MonadhLiath débordent d’animaux sauvages. Aux bords des routes, des panneaux indiquent la présence de tel ou tel animal, dont le « Red Squirts ». Et quelle surprise lorsqu’une biche apparaîtra au détour d’un virage dans les fourrées !

Au lieu de continuer tout droit sur l’A9 jusqu’à Inverness, l’après-midi continue par le tour du loch Ness, qui approche petit à petit. Les petites routes sur les hauteurs de la rive Est du loch Ness sont magnifiques. Elles serpentent dans un paysage vert et brun fait de landes, de bruyère et de lochs, qui sont très propices aux activités de pêches et de randonnées. Quelques fermes et pâturages sont installés dans ces landes. On y croise moutons et bœufs des Highlands, dont un impressionnant et massif taureau des Highlands. Situées en hauteur, ces routes offrent également à certains endroits de magnifiques points de vue sur le loch Ness, chose assez rare car les deux routes B852 et A82 en faisant le tour sont très boisées et empêchent d’avoir une bonne visibilité sur le loch.

De fait, arrivée sur la route B852, les 37 km longeant le loch deviennent vite ennuyeux, de plus, une averse se met à tomber et les quelques stationnements possibles sur le bord de la route pour admirer le loch Ness ne sont pas exceptionnels. Cette ancienne route militaire du général Wade, datant du 18siècle et permettant de relier les postes de garnison de Fort William et d’Inverness, est toutefois plus sauvage et plus calme que la route A82, sur la rive Ouest du loch Ness.


De Fort Augustus à Inverness par la rive Ouest du loch Ness

Long de 37 km et profond de 226 m, le loch Ness, qui est mondialement connu pour le monstre Nessie qui s’y cacherait, et surtout un axe de communication majeur. Niché dans la faille géologique du Great Glen qui sépare la partie centrale de la partie nord des Highlands, le loch Ness est le plus grand des nombreux lochs s’y trouvant. Il est relié aux autres lochs, le loch Lochy et le loch Oich, par les tronçons du canal calédonien, ce qui permet ainsi de naviguer de Fort William, située au sud côté Atlantique, jusqu’à Inverness, au nord, sans avoir à réaliser le dangereux contournement de l’Écosse.

Loch Ness de Fort Augustus

À la pointe Sud du Loch Ness, se trouve la petite ville de Fort Augustus, qui constitue le dernier tronçon du canal calédonien. Celui-ci a été construit par Thomas Telford entre 1804 et 1822 et, long de 96 km pour 35 km de canaux (le reste correspond aux lochs traversés), il comporte 29 écluses. Le spectacle des bateaux passant l’escalier d’écluses de Fort Augustus est toujours apprécié par les visiteurs. La balade le long du canal jusqu’au loch Ness, où sont amarrés de beaux bateaux en bois, est sympathique. En cette fin d’après-midi, une accalmie se présente et offre un magnifique arc-en-ciel au-dessus du loch Ness sur un ciel couchant aux tons rosés… C’est magique.

Retour vers Inverness par la rive Ouest. La route est du même acabit que l’autre, avec très peu de points de vues et les abords de la route boisés. Grosse déception également pour le château Uquart, situé sur le bord du loch. À cette heure-ci, il n’était plus question de le visiter mais un joli point de vue aurait été apprécié. Or, du parking, il est très difficile d’apercevoir le château. Il est  donc nécessaire d’entrer et de payer pour approcher ces ruines faisant parties de l’ancienne ligne défensive des garnisons du Great Glen.


Arrivée tardive à Inverness, ce qui ne permettra pas de visiter la ville. En même temps, ce voyage privilégie volontairement les espaces naturels au tourisme urbain. Le guesthouse Lynver  a une très vieille décoration des années 70 et le matelas est trop mou mais l’accueil est très chaleureux. Le propriétaire conseil pour se restaurer le petit bar-restaurant, The Castle Tavern, très convivial en face du château. L’ambiance y est en effet très chaleureuse, il y a du monde ce soir-là et après un verre très agréable sur la terrasse chauffée avec vue sur le château, le repas se prend à l’étage dans la salle de restaurant. Au menu : Fish & Chips / Chicken et en dessert Highlands Mess / Ice cream, et en digestif, un verre de Tomatin, qui est plus fort que le Singleton.

Vous devriez aussi aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *