Au cœur de la forêt primaire

Jour 3, Waitukubuli National Trail n°10 et n°11

25 Janvier 2017

WNT_10_Colihaut

Pour cette journée, nous quittons le Nord de l’île de la Dominique pour le Sud, où nous passerons le reste du séjour. Nous en profitons pour réaliser une grande et longue randonnée au cœur de la forêt primaire, loin de la côte, dans les hauteurs et la jungle des montagnes. Nous réalisons une partie du segment n°11 (Syndicate) du Waitukubuli National Trail, la totalité du segment n°10 (Colihaut Heights) ainsi que le début du segment n°9 avant de finir par une longue portion sur la route de Bioche Hway. Au final, cela ne fait pas moins de 20 kilomètres et 700 mètres de dénivelés positifs.

Pont suspendu

Nous quittons le Heaven’s Best Guest House    après un bon petit déjeuner. Thomas et Moïse nous attendent avec deux 4×4, à la place du mini-bus habituel… Passés Portsmouth , nous bifurquons sur un petit chemin de terre en direction du Morne Balvine. Nous arrivons à Ross Castle Estate , où une petite cahute offre une très jolie vue sur la vallée. Il s’agit d’une plantation de bananes située dans la Picard River Valley. Nous sommes au milieu du segment n°11     du Waitukubuli National Trail, reliant The Syndicate à Bourne Trail. Nous n’en réaliserons donc qu’une partie, dans le sens Nord-Sud. Avant de débuter la randonnée, Moïse nous indique qu’en contrebas il y a un pont en bois suspendu au-dessus d’une rivière et que cela vaut le coup d’œil. Effectivement, le coin est très sympa, avec toujours cette végétation luxuriante…

9h30, il est temps d’attaquer cette journée de randonnée. Le chemin grimpe rapidement au-dessus des plantations de bananes pour s’engouffrer dans l’ombre des arbres de la forêt tropicale où la fraîcheur se fait ressentir immédiatement.

Le sentier est de plus en plus raide, obligeant quelques fois à utiliser les racines des arbres pour se hisser. Après 2,5 kilomètres et 450 mètres de dénivelés positifs, la pente se radoucit et nous pouvons profiter des explications de Moïse. Cette portion du WNT conduit au cœur de la forêt primaire, au sein du Morne Diablotin National Park, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce parc abrite ainsi une forêt vierge, restée intacte de toute influence de l’Homme. On y découvre une biodiversité incroyable. Ici sous la canopée, tout est démesuré : fougères énormes, arbres dont on ne distingue pas la cime et d’où tombent des lianes gigantesques, fleurs exotiques aux multiples couleurs… On se croirait minuscule dans cette forêt. Le segment n°11 se termine à Syndicate , où un petit chalet ouvert équipé de tables permet de faire une pause repas. C’est aussi le point de départ d’une petite randonnée à la journée, pour ceux qui ne souhaitent pas s’aventurer sur le WNT : The Syndicate Nature Trail, conduisant dans les gorges de la rivière Picard et la forêt tropicale.

Fougere
Ferme RastaPamplemousse

13h, on poursuit la randonnée par le segment n°10    (Colihaut Heights) du Waitukubuli National Trail. Au pied du Morne Diablotin, le point culminant de l’île avec ses 1447 mètres d’altitude, nous longeons maintenant des plantations de pamplemousses et d’oranges, ainsi que de vieilles fermes abandonnées. La majorité du tronçon se parcourt sur une route carrossable servant à transporter les produits agricoles des fermes intérieures vers la côte. Après un nouveau passage dans la forêt et une cueillette de plusieurs pamplemousses sauvages (avec un Moïse qui se met à escalader les arbres pour en attraper des plus frais), nous marquons une pause pour les déguster : frais, juteux, amères et en même temps sucrés, c’est un régal !

Le Morne Diablotin National Park abrite également deux espèces de perroquets que l’on ne trouve que sur l’île de La Dominique : le Sisserou (ou Perroquet Impérial), vert à tête violette, et le perroquet Jaco, à cou rouge. Le Sisserou est même l’emblème de l’île puisqu’il orne le drapeau national. Ces oiseaux nichent dans les arbres creux des forêts primaires entre 600 et 1200 mètres d’altitude. C’est donc le lieu idéal pour les observer et nous aurons la chance d’en apercevoir. Mais, il est bien difficile d’arriver à en prendre en photos !

Le segment n 10 se termine dans une véritable plantation rasta au pied des montagnes. La plupart des rastas de La Dominique vivent dans de petites fermes implantées au cœur de la forêt tropicale. Ils vivent proche de la nature, avec les produits de la terre qu’ils cultivent, et ont un mode de vie solidaire et respectueux des autres.

Imprévu de dernière minute : le mini-bus ne peut pas monter nous chercher, la route est bloquée à cause de travaux. Nous n’avons d’autres choix que de continuer à pied en poursuivant sur une partie du segment n°9  , puis en bifurquant sur la route menant à Colihaut, rallongeant ainsi de 6 kilomètres cette journée ! Cette dernière descente sur le ciment échauffe bien mes genoux mais Moïse nous remonte le moral et nous redonne la pêche en nous coupant de la canne à sucre fraîche. Ce retour offre toutefois de jolis points de vues sur les montagnes, éclairées par un soleil bas qui leurs confère de chaudes couleurs, et sur la mer au-dessus de laquelle s’amoncellent de gros nuages noirs…

De retour au mini-bus, nous rejoignons enfin notre deuxième hébergement du séjour, Le Petit Paradis    situé dans la vallée de Wotten Waven et proposant des hébergements dans des cabanes typiques de l’île.

Canne à sucre

A propos de AuBoutDeLaRoute

Sophie, blogueuse voyage depuis 2013. Aime écrire et partager ses expériences, ses rencontres et ses coups de cœur. Privilégie les voyages nature et découverte, mêlant randonnée et autres sports outdoor, patrimoine et visite culturelle. Passionnée d'histoire et d'archéologie et accro aux pays nordiques et celtiques.
Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Donnez nous votre avis :

  • WordPress
  • Facebook
  • Google Plus

Laissez-nous un commentaire